• A l’occasion de la Journée internationale des migrants
    Manifestation départementale à Privas devant la Préfecture
    Avec lampes de poche, lampions, flambeaux, etc
    Apportez une lumière, un instrument de musique
    Vendredi 16 décembre 2016 à 17h30


    Pour les droits des travailleurs migrants et de leurs familles, pour la régularisation des sans-papiers, pour l’égalité et le respect des droits.
    Parce que le 18 décembre 2016 marque l’anniversaire de la Convention internationale pour les droits des travailleurs migrants et de leurs familles, RESF Ardèche appelle à manifester
    vendredi 16 décembre 2016. Nous voulons que la France ratifie cette convention. Nous voulons le respect des droits fondamentaux pour tous les migrants et demandeurs d’asile.
    Nous demandons :
    • La régularisation des migrant-e-s privé-e-s de titres de séjour, afin qu’ils aient des conditions de vie et de travail à égalité de droit et de traitement
    • La délivrance d’un titre de séjour unique, d’une carte de résident à tous
    • La fermeture des centres de rétention
    • Une pleine citoyenneté de résidence
    • Le respect du droit d’asile, de la dignité humaine
    Il y a urgence, urgence de dénoncer les propagandes mensongères et racistes.
    Urgence de promouvoir un changement du regard porté sur les étrangers vivant parmi nous dans un souci de justice, d’égalité et de fraternité.
    Urgence de transformer les relations sociales, de construire une société hospitalière et la possibilité d’un « vivre ensemble » porteur d’espoir pour tous les habitants de ce pays.
    Urgence de transcrire dès maintenant ces valeurs dans des mesures concrètes concernant les migrants pour assurer le respect des droits humains, la justice et la solidarité.
    A l'appel de : RESF, UD CGT, FSU, PCF, MRAP, NPA 26/07, Solidarité et langage Valence, Mêmes droits pour toutes et tous, Ensemble ! Nord Ardèche Drôme et Ardèche Méridionale, EELV, la Confédération Paysanne, Lutte Ouvrière,
    Asti Annonay, Solidaires 26/07...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • MANIFESTATION
    Avec lampes de poche, lampions, flambeaux, etc
    Apportez une lumière, un instrument de musique

    RASSEMBLEMENT DEPARTEMENTAL
    A PRIVAS
    devant la Préfecture
    VENDREDI 16 DECEMBRE 2016
    à 17h30


    Pour les droits des travailleurs migrants et de leurs familles, pour la régularisation des sans-papiers, pour l’égalité et le respect des droits

    Parce que le 18 décembre 2016 marque l’anniversaire de la Convention internationale pour les droits des travailleurs migrants et de leurs familles, RESF Ardèche appelle à manifester vendredi 16 décembre 2016. Nous voulons que la France la ratifie. Nous voulons le respect des droits fondamentaux pour tous les migrants et demandeurs d’asile.

    Certes, l’action des collectifs de sans-papiers, les mobilisations citoyennes autour du Réseau Education Sans Frontières (RESF), l’engagement de syndicats aux côtés des travailleurs-euses sans-papiers en grève, le soutien d’associations, permettent d’empêcher des expulsions et d’obtenir des régularisations.
    Mais le droit d’asile reste bafoué. L’enfermement d’hommes, de femmes et d’enfants dans des Centres de Rétention Administratifs, les expulsions, les violences, continuent. Les sans-papiers sont soumis à une terrible précarité, victimes d’un système qui encourage leur surexploitation au travail, les pénalise sur tous les plans : santé, insertion sociale et professionnelle, vie familiale. Beaucoup de sans-papiers, dont de très nombreuses femmes, dont le travail n’est pas déclaré, ou qui sont payés en dessous du SMIC, se voient refuser des titres de séjour. Et ceux qui sont régularisés le sont trop souvent avec des titres précaires. A Calais, la France oppose toujours des violences policières, l’érection de nouveaux murs, à des exilé-e-s en recherche de protection. Les mesures humanitaires en trompe-l’œil actuellement proposées n’y changeront rien.

    NON A LA BANALISATION DE LA XENOPHOBIE ET DU RACISME
    Cette logique de plus en plus répressive et xénophobe fait des milliers de victimes, dans la Méditerranée et à d’autres frontières, au pied des murs de l’Europe forteresse. Des jeunes, Mineurs Isolés Etrangers, scolarisés, sont à la rue. La situation humanitaire de milliers d’enfants, dont les familles sont expulsées, est encore pire outre-mer, à Mayotte. La persécution des Roms, citoyens européens, continue et s’aggrave, au mépris des droits des personnes humaines, des droits des enfants. La banalisation du racisme et des discriminations, en lien avec l’origine ou la religion, met à mal les principes républicains de liberté, d’égalité, de fraternité.

    POUR REGULARISER LES SANS-PAPIERS, LA LOI DOIT CHANGER
    Mais les projets de lois gouvernementaux ne font que pérenniser et aggraver la réforme du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) à laquelle nous nous opposions en 2006. Ils ne contiennent aucune avancée vers les libertés de circulation et d’installation. Rien ne permet la régularisation des sans-papiers qui travaillent, étudient et vivent ici. Des moyens nouveaux sont même donnés au pouvoir administratif pour les expulser, au détriment du pouvoir judiciaire, des droits et libertés de tous. Les titres de séjour sont à statuts et durées variables, réservés au bout du compte à des migrants choisis.

    Nous demandons :
    - La régularisation des migrant-e-s privé-e-s de titres de séjour, afin qu’ils aient des conditions de vie et de travail à égalité de droit et de traitement
    - La délivrance d’un titre de séjour unique, d’une carte de résident à tous
    - La fermeture des centres de rétention
    - Une pleine citoyenneté de résidence
    - Le respect du droit d’asile, de la dignité humaine


    MANIFESTATION VENDREDI 16 DECEMBRE 2016, A PRIVAS,
    DES 17H30, DEVANT LA PREFECTURE

    RESF appelle à se souvenir des réfugiés et des migrants qui ont disparu en tentant d'arriver à bon port après de pénibles voyages à travers les mers et les déserts,  invite les gens à participer à la veillée  aux chandelles, pour commémorer les migrants qui ont perdu la vie cette année. Chacun d'eux a un nom, une histoire. Ces migrants ont quitté leurs pays d'origine en quête de meilleures opportunités et de sécurité pour leurs familles - aspirations que chacun de nous s'efforce d'atteindre.

    Pour ce changement de regard sur l'immigration et pour ces réformes urgentes, nous exigeons  la scolarisation des enfants ; le droit au travail ; le droit à un logement ;  le droit à la santé ; la ratification de la convention adoptée le 18 décembre 1990 par l'Assemblée Générale des Nations Unies sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles ; le réexamen du Code de Séjour des étrangers et des demandeurs d'asile (CESEDA) ;  la pleine restauration du droit d'asile .

    IL Y A URGENCE

    URGENCE de promouvoir un changement du regard porté sur les étrangers vivant parmi nous dans un souci de justice, d'égalité et de fraternité.

    URGENCE de transformer les relations sociales, de construire une société hospitalière et la possibilité d'un « vivre ensemble » porteur d'espoir pour tous les habitants de ce pays.

    URGENCE de transcrire dès maintenant ces valeurs dans des mesures concrètes concernant les migrants pour assurer le respect des droits humains, la justice et la solidarité.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'Union européenne et les migrants : une fuite en avant sécuritaire et racisteEn signant avec le gouvernement turc l’accord sur les migrants, les dirigeants européens ont cyniquement décidé de la mort de milliers de personnes et validé l’emprise du racisme en Europe. Cette décision couvre de son infamie l’ensemble des dirigeants européens, même si la position de la chancelière allemande est plus nuancée et que le gouvernement français est à la pointe de la réaction.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Solidarité avec les familles Sans papiers à PrivasSans logement, des hommes, des femmes, des enfants dorment

    Square Vincent d'Indy, en bas de l'Avenue des Mobiles, à Privas !

    Démontrons à la Préfecture notre capacité de mobilisation.

    Notre objectif : un toit pour les familles Jakupaj et Mamoyan

    Pour que soient vraiment appliqués tous les droits fondamentaux prévus par la Convention Internationale des Droits de l'Enfant.

    Pour qu'une politique d'accueil et d'asile, véritablement protectrice, assure aux mineurs et à leurs familles des conditions de vie décentes et durables dans ce pays.

    Pour soutenir les familles Jakupaj et Mamoyan Pour que les enfants de ces deux familles aient maintenant une maison.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un dernier rendez-vous a l'atelier du 39 avant une prochaine remise des clés. Au plaisir de vous y voir....

    Donc ça se passe le mercredi 27 mai à 20h, 39 rue du 4 septembre à Aubenas.
    C'est à prix libre, il y aura une petite buvette et des crêpes.

    Il s'agit d'un "exposé mis en scène", créé par des personnes de Grenoble en lutte contre les frontières et en solidarité avec les personnes migrantes, qui militent dans des collectifs locaux de soutien aux personnes migrantes.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique