• Primaires Etats-Unis : Par-dessus l’épaule de Bernie

    Primaires Etats-Unis : Par-dessus l’épaule de Bernie La campagne de Bernie Sanders percute comme un météore le champ politique. Après qu'il ait fait jeu égal avec Hilary Clinton dans l’Iowa et sa victoire écrasante dans le New Hampshire, son défi à l’establishment n’est plus considéré comme une amusante figuration dans le monde dit de la « politique réel ».

    C’est un tournant majeur dans cette année électorale qui se déroule au milieu d'une profonde crise sociale. Le bloc dominant qui contrôle les partis démocrate et républicain pour le compte de la classe dominante capitaliste a perdu le contrôle de la situation – du moins temporairement.

    Les commentateurs aiment décrire Bernie Sanders et Donald Trump comme des « outsiders populistes » symétriques qui répondent à la colère et la frustration de la classe des travailleurs. Mais alors que Sanders en appelle aux traditions de solidarité sociale et à la responsabilité partagée pour la résolution des désastres qu’affronte notre société, Trump exploite les pires instincts en cherchant les boucs émissaires chez les « autres », les musulmans, les immigrés et toute autre cible facile. Il n’est donc pas surprenant que les suprématismes blancs et les « nationalistes » considèrent la campagne de Trump comme une ouverture pour leur politique raciste et haineuse.

    À l’inverse, la force de la jeunesse et des travailleurs qui irrigue la campagne de Sanders montre la profonde attraction qu'exerce son programme pour l’assurance santé, la sécurité sociale élargie, la gratuité de l'université, le salaire minimum à 15 dollars et la « révolution politique » contre Wall Street et les banques « trop puissantes pour exister ». Tout cela montre que l’Amérique n’est pas au beau milieu d'un tournant populaire de masse vers là droite.

    La participation des jeunes primo-votants dans l’Iowa a stupéfait les analystes. Dans le camp démocrate, on estime que 80 % d’entre eux se sont tournés vers Bernie. (Il est à noter que des jeunes ont été également présents, à une échelle plus réduite mais néanmoins significative, notamment dans les universités, dans les caucus républicains, sans doute pour les mêmes raisons : un avenir bloqué dans le bourbier de l’insécurité sociale et des dettes écrasantes.) Le soir de la primaire du New Hampshire, chacun avait compris que les jeunes allaient massivement voter pour Sanders – y compris les jeunes femmes qui restaient sourdes aux appels de Gloria Steinem et Madeline Albright1   à faire leur « devoir » en soutenant Hillary Clinton.

    Au sein de la classe travailleuse et du mouvement ouvrier, le soutien à Bernie est de plus en plus fort. Alors que de nombreux syndicats ont apporté très tôt leur soutien à Clinton, sans prendre ni le temps ni le risque de prendre en compte l'opinion de leurs adhérents, l’AFL-CIO n’a pas encore pris position, certainement en raison de la force du sentiment pro-Sanders dans des secteurs significatifs du salariat. L’United Auto Workers a déclaré qu'elle allait consulter ses membres que son président, Dennis Williams, dit « partagés ». La réunion nationale « Les travailleurs pour Bernie » qui se tiendra à l’ouverture de la conférence de Labor Notes2   à Chicago le 1er avril promet d’être un événement formidable !

    Passé l’enthousiasme du premier moment, l'establishment du Parti démocrate est néanmoins convaincu à 99 % que le socialiste déclaré n’est pas éligible – tandis que 1 % est totalement effrayé qu’il puisse l’être, considérant ce qui peut émerger de la meute républicaine.

    Dans les primaires à venir dans le Sud et les grands États, nous pensons que Sanders obtiendra de meilleurs résultats que ceux que les pronostics conventionnels lui donnent, y compris parmi les électeurs afro-américains et latinos. Dans les mois qui viennent, nous pourrons apprécier jusqu'où ira la direction démocrate pour éliminer Sanders. Sa candidature présente pourtant un atout pour le parti en lui apportant tous ces jeunes et tous ces travailleurs qui sont de notoriété publique plutôt réservés sur la candidature d’Hillary Clinton – ce qui est assez compréhensible ! La recherche de l’« unité » peut être mise à mal si la direction du parti multiplie les mauvais coups pour mettre sur la touche Sanders, par exemple, en attisant la question raciale ou la haine du rouge ou encore en s’appuyant des super-délégués non élus pour imposer la nomination de Clinton. Il ne fait aucun doute que ces moyens seront certainement utilisés s'ils se révélaient nécessaires. Et la dernière ligne de défense sera le chantage à l’alarmisme absolu – le mensonge pseudo-concret @selon lequel « la nomination de Bernie ouvrirait la Maison Blanche à l'extrême droite républicaine ».

    Mais quelle que soit l’issue de la primaire, la révolution politique contre la « classe de milliardaires », ce que le mouvement Occupy appelait le « 1% », la classe dirigeante capitaliste– ne pourra pas se développer dans l’espace d’un parti qui en dernière analyse appartient et est contrôlé par cette classe. Quel que soient le bruit et la fureur que produira le processus de désignation, l'Amérique des firmes, les banques, Wall Street et les « hedge funds » peuvent être assurés que le Parti démocrate restera entre de bonnes mains. Ils ont prospéré sous Bill Clinton et Barack Obama, tout comme sous George W. Bush, et la rhétorique passionnée d’une campagne politique ne changera pas cette réalité que bernie Sanders a parfaitement résumé : « C’est Wall Street qui contrôle le Congrès ». C’est aussi cette réalité qui contrôle également le Parti démocrate et c'est la raison pour laquelle Bernie Sanders lui-même s’est toujours, depuis des décennies, présenté en tant que candidat indépendant.

    La dynamique « Bern » et la force qu’il a capturée va très probablement se disperser dans la désillusion et la frustration, comme ce fut le cas tragiquement avec la Rainbow Coalition de Jesse Jackson3   en 1988... sauf si le mouvement trouve les moyens de se maintenir et de s’exprimer indépendamment du Parti démocrate. La forme que cela prendra n’est pas prévisible et ne peut surgir que de la base militante. Cette énergie peut-elle s’orienter vers une politique indépendante comme la campagne de Jill Stein4   ou même vers un nouveau parti ? Les milliers de supporters de Sanders concluront-ils que, comme Bernie, ils sont réellement socialistes et commencent à en tirer les conclusions appropriées ? Pourront-ils être une des composantes de ce que Solidarity appelle la possible « prochaine gauche5   » ?

    Ce sont là des questions ouvertes à la discussion pour des centaines de milliers de personnes qui se sentent « Bern ». Comme d’autres au sein de la gauche socialiste, Solidarity entend prendre sa part de cette recherche.

    Le bureau de Solidarity

    11 février 2016

    https://www.solidarity-us.org/ 

    Traduction Patrick Le Tréhondat et Patrick Silberstein.

    (Le titre est des traducteurs).

    1   NdT : Gloria Steinem figure féministe du Parti démocrate ; Madeline Albright, ancienne ministres des affairée étrangères de Bill Clinton.

    2   NdT: Labor Notes : Revue de la « gauche syndicale » qui réunit depuis plus de vingt ans tous les deux ans une imposante conférence. (http://www.labornotes.org/)/

    3   NdT : Candidat noir à la primaire en 1988, à la t^te d'une coalition « arc-en-ciel », il obtint 29,12 % des suffrages.

    4   NdT : Candidate du Parti vert à l'élection présidentielle américaine de 2012 où elle a terminé en quatrième position avec 0,36 % des voix au plan national.

    5   NdT : « Next Left », allusion à la « New Left (« nouvelle gauche »).

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :